Retraites et démographie

Publié le par Section PS Argenteuil

Il est toujours intéressant et éclairant de dépasser les faux-semblants surtout dans un débat où tout est bien ficelé et paraît tenir de bon sens.

C'est de cette manière que l'on nous présente le débat qui agite depuis plus de 10 ans le landerneau politico-médiatique à propos de la réforme des retraites.

Pour faire simple, l'argument-massue utilisé jusqu'à plus soif est le fameux allongement de l'espérance de vie des Français qui justifie donc l'allongement de la durée des cotisations. CQFD !

Or à y regarder de plus près et si l'on s'intéresse un tant soit peu à la question, on constate que cet argument, sans être totalement fallacieux est tout de même moins solide qu'il n'y paraît.

C'est du côté des sciences dures que l'on trouve de quoi nuancer sérieusement l'enthousiasme de la droite qui nous répète à l'envi que cette logique symétrique de double allongement est absolument imparable.

En effet, les démographes nous fournissent quelques éléments de compréhension forts utiles :

1/ si la durée de vie augmente, c'est principalement du fait de la très forte baisse de martalité infantile. Depuis les années 80 nous sommes passés d'un taux de 10 pour 1000 à un taux inférieur à 4 pour 1000 en 2005 (source Institut National des Etudes Démographiques), soit un taux divisé par 2,5 en moins de 25 ans.
Cette diminution sensible influe donc fortement dans le calcul de l'espérance de vie et produit un effet mécanique à la hausse.

2/ en observant encore plus attentivement les données démographiques, on constate alors que l'espérance de vie après 80 ans ne connaît pas une courbe notablement ascendante (quelques mois tout au plus). D'autant qu'en parallèle les gains au delà de 80 ans ne s'obtiennent pas dans les meilleures conditions puisque le taux de pathologies liées à l'âge explose littéralement. Certes les Français vivent un peu plus longtemps mais meurent rarement en bonne santé !

Il est regrettable que personne ne prête attention aux données statistiques fournies par l'INED qui permettent d'éclairer le débat sur les retraites d'un tout autre jour. D'un autre côté celà obligerait nos gouvernants à sortir du prêt-à-penser et à proposer des solutions certainement moins séduisantes pour leurs alliés du Medef !!

Commenter cet article